Nous étions présents en tant que visiteurs lors du Bim World 2017 les 29 et 30 mars à la Défense à Paris afin de découvrir les nouveautés que la technologie peut offrir au monde de l’immobilier en 2017. Plusieurs surprises au rendez-vous.

Mais d’abord, de quoi s’agit-il ? Le BIM est la mise en place d’un système de maquette numérique centralisée pour la construction d’un bâtiment, voir notre article sur les solutions pour la promotion immobilière pour en savoir un peu plus.

Bim World, est un événement annuel où tous les professionnels du BIM se réunissent et présentent leurs solutions et leur savoir-faire.

Le salon a pris place dans l’Espace Grande Arche à la Défense, où + de 150 exposants se tenaient fièrement derrière leur stand. Toute la journée, des conférenciers se relayaient dans les salles annexes.

Les visiteurs étaient très nombreux et reconnaissables par leur tour de cou « BimObject ». Difficile de ne pas croiser un Bimovore dans les environs de la Grande Arche. Le salon s’est étendu du mercredi 29 mars au matin jusqu’au jeudi 30 au soir. Le but de cet article est de donner un aperçu des solutions exposées lors du salon et susceptibles d’intéresser les professionnels de l’immobilier, en utilisant un vocabulaire simple et sans forcément comparer les solutions à toutes les offres existantes, sans quoi l’article prendrait des proportions sans fin… Les produits sans mention de l’éditeur ont refusé d’apparaître.

Le BIM classique

Beaucoup de stands se concentraient sur ce que l’on pourrait appeler le BIM classique : conception d’un modèle sur un écran et partage dans le cloud. Plusieurs distributeurs étaient là, ainsi qu’un très grand stand tenu par la star des logiciels de modélisation de bâtiments, Autocad et son logiciel du moment Revit.

Rien de révolutionnaire autour de cela (comprendre, rien de nouveau), en revanche, la technique s’est affinée, les logiciels sont plus aboutis et offrent des fonctionnalités supplémentaires et notamment la possibilité d’exporter les maquettes dans des formats différents.

On peut effectivement regretter qu’il n’existe pas encore à ce jour, pour la plus grande joie des éditeurs, de format ouvert ou normalisé. En revanche, la communauté Open Source étant très réactive, il ne sera sûrement l’affaire que de quelques mois avant de voir fleurir de telles solutions.

Egalement, il est tout aussi surprenant de ne pas encore avoir vu de version browser-based (accessible via un navigateur web) d’une solution BIM, aussi basique pourrait-elle être, ne serait-ce que pour marquer le coup. Le web est cela dit plein de ressources et a toujours su s’adapter, attendons de voir ce que l’avenir nous réserve.

Le BIM sur le BIM

Autour du BIM s’est développée une multitude d’outils complémentaires : des plugins, des logiciels exploitant les modèles du BIM, que ce soit sur tablette ou sur Dekstop, l’objectif est de palier les manques des outils classiques.

Les catalogues

L’enjeu principal du BIM est la mise à disposition d’objets exploitables numériquement. Beaucoup de fournisseurs de matériel fournissent des maquettes de leurs produits, le reste étant disponible dans des banques d’objets ou en Open Source dans certains cas. Cependant, certains éditeurs ont souhaité permettre aux professionnels de l’immobilier de créer et d’exploiter leurs propres objets facilement, et indépendamment des logiciels existants. C’est le cas notamment du plugin développé par CoBuilder qui permet un export multi format et se présente sous la forme d’un plugin s’installant dans la plupart des logiciels existants.

L’affinage

Unicorn Render de la société Cadez est un logiciel tout à fait surprenant qui se présente comme un logiciel « after BIM », il est capable d’exploiter les modèles de plusieurs logiciels différents et de les améliorer en terme de rendu : ajout de texture, aspect réaliste des matériaux (verre, bois, métal), transparence, reflets, lumière. Il pallie les limites de certains logiciels et offre la possibilité de réaliser vos propres visuels. Une spécificité non négligeable est le fait qu’il gère l’affichage en stéréoscopie et peut alimenter vos casques de réalité virtuelle (voir plus bas dans cet article pour la section consacrée).

Le BIM embarqué

Plusieurs solutions permettant d’exploiter vos modèles BIM afin d’alimenter votre tablette étaient présentées. C’est le cas par exemple de Wizzcad qui développe des outils mobiles pour tablette qui permettent de suivre un chantier en utilisant un fichier venant d’Autocad ou d’autre logiciel de BIM.

Le rétro BIM

… ou comment rétro concevoir un bâtiment afin de l’exploiter dans un logiciel.

Il serait certainement déraisonnable d’imaginer numériser un bâtiment déjà construit en analysant manuellement sa conception afin de réaliser une maquette. Le risque d’erreur serait élevé, et la tâche fastidieuse.

Deux produits se sont illustrés avec cette compétence :

  • Un drône : l’objet n’a rien de nouveau en lui même, mais les applications que l’on peut en faire ne sont pas encore toutes exploitées, et c’est bien ce qu’entend montrer la société Skyness avec drône custom embarquant une caméra.
  • Un appareil au look surprenant, ressemblant à un chariot, commercialisé par la société Navvis. L’engin est muni de roues, mais est aussi équipé de plusieurs caméras et autres appareils de mesure.

Il peut sembler peu intéressant de numériser un bâtiment existant de prime abord, à moins de ne vouloir le copier/coller ? Nous avons alors questionné les exposants afin d’avoir leur avis sur les usages, plusieurs réponses se sont imposées :

  • Contrôle de conformité : pourquoi ne pas laisser un logiciel s’assurer du suivi de l’avancement d’un chantier ? S’il n’existe pas encore de solution toute prête pour effectuer l’exercice, cela devrait évoluer à l’avenir, et l’on peut imaginer qu’une machine autonome s’occupera de scanner le bâtiment livré et transmettra les données au serveur BIM qui vérifiera le résultat avec celui escompté et pourra souligner les erreurs ou les divergences.
  • Plan de situation : à quoi ressemblera votre immeuble fini, et surtout, comment s’intégrera-t-il dans le paysage ? Quelle sera la vue au 9ème étage ? Les prises de vue via un drône permettraient de répondre à cette problématique avec exactitude, des balisées disposées sur un bâtiment permettent d’accroître leur précision et leur capteur GPS mesure l’altitude ce qui garantit un rendu de qualité.
  • Externaliser vos études : Pourquoi ne pas vous affranchir de la corvée de vous déplacer pour suivre vos chantiers ? Visitez vos constructions en mode « Street View ».

Le BIM in real life

Comment passe-t-on du BIM sur un petit écran, à quelque chose de concret, à partir de quand le BIM est-il auto-suffisant ? Est-ce que décrire une maquette numérique pourra s’avérer être la dernière étape réalisée par un humain ? Cela laisse rêveur de penser qu’un clic validant les plans d’un bâtiment peut en lancer la construction sans plus attendre, et pourtant, nous ne sommes qu’à quelques pas de cet exploit.

Le BIM s’affiche

Une des révolutions de ce salon concerne la façon de partager le BIM. Comment présentez-vous habituellement vos bâtiments non construits à vos clients ? Certainement à l’aide de plans papier, et pour les projets plus ambitieux, de superbes maquettes en carton plume ou en plastique, onéreuses et complexes à réaliser.

L’entreprise allemande Cadenas Technologies présente lors du salon a eu l’idée de mêler BIM et hologramme. En d’autres termes, on envoie son modèle dans une machine se présentant sous la forme d’une vitrine, qui va projeter sous forme holographique (comme dans les films) votre bâtiment en 3D. Evidemment, nous sommes encore loin des résultats type science fiction, mais on peut s’attendre à ce que ce la technologie évolue rapidement et permette bientôt de remplacer une maquette classique par une maquette holographique.

Photo à venir.

Le BIM s’imprime

L’impression 3D a déjà commencé à faire parler d’elle dans le milieu du bâtiment, en Chine par exemple où une imprimante construisait des logements en une journée. Lors du salon, le stand Autocad diffusait une vidéo montrant comment une imprimante 3D était contrôlée par un modèle BIM afin de construire un pont en métal de façon autonome. Nous sommes parvenus à trouver une vidéo de la société MX3D exhibant la même prouesse.

Le BIM dans la réalité virtuelle

C’était certainement l’une des avancées les plus attendues de ce salon, la possibilité d’exploiter ses maquettes numériques directement dans un casque de réalité virtuelle. Si visiter un appartement de façon virtuelle via un Oculus Rift ou un HTC Vive était déjà chose possible, la grande attente concernait l’exploitation immédiate d’un fichier sorti de votre logiciel de BIM. Malheureusement, si les graphismes présentés sur les machines de démos étaient tout à fait bluffants, obtenir un tel rendu n’est pas encore possible sans avoir recours à une post-production souvent réalisée par le prestataire vendant la solution afin d’obtenir un visuel acceptable, dans la plupart des cas, il faut compter 2 à 3 semaines pour obtenir votre maquette VR ready.

Notre attention a été retenue par le produit de la société Immersion qui propose un caisson prêt à l’emploi embarquant tout le nécessaire (ordinateur puissant, écran, câble, casque de réalité virtuelle HTC Vive) pour offrir des visites virtuelles dans vos bureaux de vente.

Par où commencer ?

Et bien, par le début. Il est indispensable de se doter en premier lieu d’un outil permettant de manipuler les maquettes numériques. S’il existe plusieurs offres logicielles avec des tarifications dont les tarifs évoluent du simple à 10 fois plus cher, il y a fort à parier qu’il est possible de trouver chaussure  à votre pied.

La difficulté de cette première étape résidera dans l’identification de vos besoins précis : quel outil, quels usages, combien d’utilisateurs ? Avez-vous déjà un système informatique suffisant ou devrez-vous investir dans des serveurs ou des ordinateurs plus puissants pour supporter certains logiciels très gourmands ?

Le conseil serait de se faire accompagner, et nous pouvons vous aider à aborder votre lancement dans le BIM.

Conclusion

Ce salon a été à l’image de ce qu’est le BIM, un agrégat de technologies existantes. Les solutions proposées, quoi que bien pensées et répondant à des problèmes précis, ne sont pas des prouesses technologiques, mais plutôt une prouesse de l’esprit et le résultat de l’intégration de ce qui se fait de mieux.

Puisque rien ne remplace l’expérience, nous vous conseillons de découvrir ces objets par vous même lors du prochain Bim World. Nous nous ferons également un plaisir de vous accompagner et de vous mettre en relation avec les distributeurs des produits de l’article.

Note : Dans le cas où une information serait inexacte, n’hésitez pas à le mentionner dans un commentaire et nous le rectifierons avec plaisir. Pour les entreprises mentionnées, vous pouvez nous faire part de détails ou d’images supplémentaires pour compléter l’article ou nous faire savoir si vous souhaitez que votre nom soit retiré.